dans leurs têtes

// Valentin Stip - Sigh


// Ben Khan - Drive (Part 1)


Il y a des médecins qui s’occupent de ce symptôme étrange, des thérapeutes, des orthophonistes, des psychologues, parfois des psychanalystes. Les uns se risquent à la chimie, les autres à l’hypnose, les troisièmes au yoga. Et les consonnes qui bloquent ne passent toujours pas.
Sans doute parce que ce ne sont pas les consonnes qui bloquent, ni les lèvres, ni le palais, mais l’enfant secret qui demeure en nous, et sans doute fut blessé, sans que l’on sache de quelle blessure.
Il n’y a rien d’organique dans le bégaiement. Il n’y a que du secret.
J’ai reçu des dizaines de lettres de garçons (ce sont le plus souvent des garçons, ce qui n’est pas sans signification…) qui me demandaient comment j’avais fait « pour en sortir ».
Que puis-je leur dire qui ne soit pas discours de charlatan ? D’abord, pour être véridique, leur avouer qu’on n’en « sort » jamais tout à fait. Et que ce n’est pas si grave. Je sais très bien, comme nombre de grands acteurs et de grands hommes politiques, qu’il faut apprivoiser cette bête sauvage qui mord de l’intérieur à l’endroit le plus sensible : la communication avec les autres. Il faut apprivoiser, il faut ruser avec elle et, au bout du chemin, il faut se moquer de ses morsures.
Ce livre raconte très justement les ruses et stratégies par lesquelles on apprivoise l’ennemi intérieur. Très souvent, dans mes discours, sortent des avalanches de synonymes, des mots qui jouent les uns avec les autres. Ces jeux ne viennent pas d’une muse poétique, ni d’un amour inné pour la richesse du vocabulaire français et les habiletés de la rhétorique. Ils viennent du bégaiement qui oblige à passer dix mots dans son esprit pour pouvoir en dire un ou deux sans buter. Un jour, cela devient une force. Mais ce jour ne vient pas si tôt. Et puis il y a les gestes, les rythmes, les enchaînements qui entraînent la parole, la colère parfois qui délivre.
(…)
Il n’est pas facile d’écrire sur l’indicible, dans tous les sens du mot. Je trouve que ce livre permet à ceux qui ne comprennent pas l’incompréhensible bégaiement d’en parcourir les arcanes. Et à ceux qui ne le connaissent que trop bien d’espérer qu’un jour ils obtiendront, de cette prison, la permission de sortir.
// Préface du livre Sois Bègue et Tais-Toi par François Bayrou

Machinic sound.
// Massimo Toniutti - Gravi

anothermag:

King Krule for Another Man S/S14, Photography by Willy Vanderperre, Styling by Alister Mackie

anothermag:

King Krule for Another Man S/S14, Photography by Willy Vanderperre, Styling by Alister Mackie

(via kevin-shields)


Magic Nina Simone

// Nina Simone - Four Women


// Society - 14 Hours


Mood.

// Real Connoisseur - Nobodys Fool (I’ll Be Good To You)


This is simply genius.

// Mike Leigh - Afternoon


ruinedchildhood:

Greatest Selfie of all time.

(via jennaanne01)


When I’m lonely, you press play.
// Damon Albarn - Lonely Press Play

I left my love in San Francisco
That’s okay, I was bored anyway
I left my love in the room
That’s okay, I was born in L.A.
I left my love in San Francisco
That’s okay, I was bored anyway
I left my love in a field
That’s okay, I was born in L.A.
// Foxygen - San Francisco

Silver Donna
Damien Jurado
Brothers and Sisters of the Eternal Son

Modern psychedelism.

// Damien Jurado - Silver Donna



// L’eau Froide (Cold Water) d’Olivier Assayas

// L’eau Froide (Cold Water) d’Olivier Assayas



// L’eau Froide (Cold Water) d’Olivier Assayas

// L’eau Froide (Cold Water) d’Olivier Assayas